Permis de conduire : 1 000 nouvelles questions pour le code à partir du 2 mai 2016

Illustration 1

1 000 nouvelles questions pour l’épreuve théorique générale (ETG) du permis de conduire, plus couramment appelé le « code », seront proposées dans les centres d’examen à partir du lundi 2 mai 2016.

L’épreuve ne change pas, il faut toujours répondre correctement à 35 questions sur 40 pour être admis.

Cependant, les nouvelles questions sont réalisées à partir de photos de véritables routes, d’images numériques de vues aériennes et de vidéos qui mettent le candidat dans des conditions de conduite proches de la réalité.

Les sujets de la nouvelle épreuve du permis de conduire portent notamment sur :

  • les dispositions légales en matière de circulation routière ;
  • le conducteur ;
  • les autres usagers de la route (cyclistes et piétons en particulier) ;
  • les précautions à prendre en quittant son véhicule ;
  • les éléments mécaniques liés à la sécurité ;
  • les règles d’utilisation du véhicule en relation avec le respect de l’environnement.

 

Nouvelle épreuve : testez 15 questions sur le site de la sécurité routière en suivant le lien :

http://www.securite-routiere.gouv.fr/permis-de-conduire/passer-son-permis/l-epreuve-du-code

Un peu d’histoire…

Le code de la route est né sous forme d’un décret le 27 mai 1921. Le ministre des travaux publics, Yves Le Trocquer l’envoie à tous les préfets avec une circulaire. En fait, ce code n’est en partie qu’une refonte et une mise au point de textes précédents, règlementant la police des routes et de la circulation automobile notamment ceux de 1899 et de 1901. Une commission chargée d’élaborer un code de la route se met en place entre 1909 et 1914. Interrompue en raison de la guerre, le travail reprend dès 1919 pour aboutir enfin à la promulgation du code en 1921. «Il unifie les règles de la circulation sur toutes les catégories de chemins».

Automobile, bicyclette, piéton, voiture attelée

Ce code comporte sept chapitres. Le chapitre I est consacré aux dispositions applicables à tous les véhicules, aux bêtes de trait, de charge et aux animaux montés. Le chapitre II, aux dispositions spéciales des véhicules à traction animale. Le chapitre III aux dispositions spéciales des véhicules automobiles. Le chapitre IV aux dispositions spéciales aux véhicules attelés ou automobiles affectés aux services publics de transport en commun. Le chapitre V aux dispositions applicables aux cycles. Le chapitre VI aux dispositions applicables aux piétons et aux animaux non attelés ni montés. Le chapitre VII contient des dispositions transitoires et diverses.

Le contenu du code est aménagé à de nombreuses reprises. Dès décembre 1922, le décret est modifié pour répondre au monde rural qui se plaint de certaines règles. C’est à cette époque que le «certificat de capacité pour la conduite des automobiles» devient le permis de conduire de couleur rose. Il est «habituellement appelé carte rose et est muni d’une photo du titulaire». Ce code est appliqué jusqu’en 1958, date à la quelle l’ordonnance du 15 décembre fixe les régles du code de la route actuel, même si régulièrement des modifications y ont été apportées depuis.

 

 

Share This